Les quartiers et les hameaux de Misérieux

Contenu de la page : Les quartiers et les hameaux de Misérieux

Chaque quartier possède son histoire plus ou moins récente. Il est intéressant de se pencher sur ce qui motiva nos prédécesseurs pour attribuer la désignation de ceux-ci, souvent par la présence des hommes, mais aussi, par l’état, la forme ou la structure du terrain.
Autour du bourg, on distingue :

  • Au Nord du village, en limite d’Ars et Frans :
    • En Bourras  : Deux origines peuvent être plausibles.
      • 1e/ Certainement la plus probable, en rapport avec le Bourrage du foin dans les granges, pour en stocker un maximum.
      • 2e/ Mais plutôt improbable (quoi que !), viendrait du propriétaire des terres occupées par un menteur (qui bourrait le crâne de ses mensonges).
    • Les Combes  : Mot très utilisé en Dombes pour des formes de terrains qui s’inclinent sur une vallée (La gouttelaine à cet endroit, qui dirige les eaux sur Cibeins).
  • Puis au Sud des Combes :
    • Les littes  : Vient du mot liteau et définit une bordure amenée artificiellement (à la pelle), pour diriger l’eau et la canaliser en direction d’une vallée.
  • Plus au Sud-Ouest :
    • La Creuse  : Comme son nom l’indique, c’est un passage de l’eau (la Gouttelaine, qui en traversant la ferme de Cibeins, est aujourd’hui canalisée).
  • Encore plus au Sud-Ouest :
    • Chantepied  : Dérivé de Chante pie. Il existe en Bretagne encore aujourd’hui un village de Chante Pie.
  • Toujours plus au Sud : d’Ouest en Est :
    • Cibeins  : Nom donné par le propriétaire « Comte de Cibeins ».
    • Les Vernes : Situé dans un cartier de deux fermes entourées de bois de Verne ou (vergne).
    • Les Champayes : Vient du verbe Champayer (Pâturer en plein Champ). Avant le 22 juin 1890, les propriétaires de terrain, devaient laisser les animaux domestiques de tout un chacun, pâturer après la récolte principale.
    • Les prés Boulas  : C’est le nom du propriétaire des prés alors en activité. Monsieur Boulas s’en alla par la suite à Reyrieux où il devint le deuxième Maire après la révolution.
    • Le pont Renversé : Sur le passage d’eau venant du plateau depuis le haut d’Ars et le lieu-dit : « Les Branches », le pont (de bois), emporté par les orages ne fut pas reconstruit. D’où le nom de Pont Renversé.
  • Un peu plus au Sud, toujours d’Est en Ouest :
    • Le Boulas  : Ce lieu entourait la propriété de Monsieur Boulas.
    • Les Branches : Cette partie boisée de chaque côté du passage d’eau se déversant dans le Formans était envahie de bois séchés, qui ne s’évacuaient seulement qu’en cas d’orage. D’où son Nom.
  • Toujours plus au Sud en limite de Sainte Euphémie :
    • La Grange Basse : La ferme, qui à l’époque était très basse (et ses granges également) se situait au centre de ce Hameau.
    • A l’Est du Village : D’Ouest en Est :
    • Montessuy  : L’origine du mot est : « Montessuy », qui signifiait : « Mont de Dessus ». De nombreux villages ont un cartier nommé ainsi, définissant un endroit dominant le village.
    • Les Pillardes : Mot originaire de : « Pillards ». Ce lieu isolé et fertile, devait être plus ou moins pillé par le gibier se logeant dans les buissons tout proches au lieu-dit les Branches.
  • Au Sud, toujours d’Est en Ouest :
    • Le Sablon : Nom donné en rapport avec le sol sablonneux.
    • Le Picou : Autrefois, un Picou était un personnage avec lequel on avait du mal à se défaire. C’est le cas d’un des habitants de ce quartier, qui lui donna son surnom. (Ne pas confondre avec Picou qui définit aussi un chandelier pourvu de deux pics).
    • Les Chaffoux  : Vient du mot : « Chaffout » en patois, qui désignait une palissade, un échafaudage ou une fabrication en bois.
    • Les Ronzettes : Ce mot issu du mot Roncette (petite ronce) est souvent trouvé dans les pays du vignoble Français. C’était le cas autrefois de cette zone où était planté de la vigne.
    • Au Grand train  : Comme le défini l’expression : « Mener Grand Train », c’était le gibier, proche de la belle culture et des zones boisées, qui menait Grand train.
  • Plus au Sud :
    • La Clé Germain : Vient d’un secteur familial, où étaient confinés tous les cousins germains. Certainement bien gardé et difficile à pénétrer, d’où le non de clé Germain.
    • Les Caillatières : Ou Cailletières pour certains. Ce nom est donné par la qualité du terrain caillouteux.
  • Tout au Sud :
    • La Thorine  : Ce nom est le plus ancien donné à un quartier du village. Il fut donné par Jules César, qui séjourna lors de sa première victoire contre les Helvètes. L’emblème de sa troupe était le Taureau.
    • Les Bruyères : Appellation donnée à ce plateau ou ne poussait il n’y a encore à peine cinquante ans uniquement les plantes de Bruyères.